dahira mouttahabbiina fillaahi
  دائرة المتحابّين في الله
Dahira Moutahabbiina Fillaahi - Communauté de ceux qui s'aiment en Allah
Vous êtes ici : Accueil > Evènements > Maouloud > 1er Gamou

 

Gamou – Mission - Pour une commémoration digne de la stature de son illustre Fondateur et Parrain, le Regretté Khalifa Ababacar SY (Qu'Allah l'agrée)

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis la fondation en 1955 du Gamou Traditionnel de Ndar par le Vénéré et Regretté Khalifa Ababacar SY (Qu'Allah l'agrée). Ce qui allait devenir l'un des évènements majeurs dans la vie de la prestigieuse cité du Nord trouve sa légitimité dans l'autorisation spéciale (Iznoul Khass) donnée par Khalifa Ababacar SY (Qu'Allah l'agrée) à Serigne El Hadj Madior CISSE et à la Dahira qu'il présidait : la Dahiratoul Mouttahabbiina Fillaahi ( la communauté de ceux qui s'aiment en Dieu ).

Parmi les principes qui constituent les piliers de ces grandes assises de l'Islam, trois méritent d'être cités. Inspirés par le fondateur vénéré, ils se révélent comme les secrets de la pérennisation de cette institution :

  1. A Serigne El Hadj Madior CISSE qui avait sollicité de lui l'autorisation d''organiser ce gamou au nom de la dahira, le Khalifa Ababacar SY avait répondu : «  Mon agrément est soumis à la condition que vous le réalisiez avec les moyens de votre dahira, sans rien solliciter de personne et que vous vous engagiez à partager les repas avec tout le monde sans discrimination entre ceux qui vous ont soutenu et ceux qui ne vous ont pas soutenu. Si en revanche, une personne consent à vous soutenir de sa propre initiative, acceptez sa participation ».

  2. A Serigne El Hadj Madior CISSE qui lui avait demandé de quoi il pourrait entretenir l'assistance, il avait répondu : « Parlez-leur de la charia et si possible, ne prononcez même pas mon nom ».

  3. A tous ses talibés et proches, il avait recommandé : « Je ne vous envoie pas à un gamou mais à une mission. Quiconque ne se rend pas à cette manifestation, qu'il éprouve de la pudeur à se manifester devant moi le lendemain du gamou ».

Esprit de sacrifice et solidarité, humilité et attachement aux valeurs islamiques, tels sont les principes qui sont à la base de cette mission hautement islamique.

Les assises de Saint-Louis étaient le cadre de lancement de cette mission et sont l'opportunité offerte annuellement pour renouveler le pacte sacré, rendre grâce à Allah, magnifier Sa Miséricorde et exalter Sa Gloire, rendre hommage à ce Maître Eclairé et s'engager à servir l'Islam dans la voie qu'Il a tracée.

Et en tidjanes (adeptes de la confrérie tidjaniyya) et sounnites avertis, le dénominateur commun de toutes ces activités ne pouvait être que la commémoration de la Nativité du Prophète Mouhammad ( PSL ), point de départ et source de tous les bienfaits. Voilà plus de 50 ans que cette lumineuse manifestation religieuse est célébrée tous les ans à Saint-Louis par les adeptes de Serigne Babacar SY, respectant en cela les dires et la voie tracée par l'Illustre Maître. La cérémonie s'est déroulée des années durant, sous des tentes dressées sur la place Amath Ndiaye Hanne, à la Pointe Sud (Saint-Louis du Sénégal) à l'occasion de la fête de Pentecôte.

Mais la volonté qui a été pendant de longues années celle de tous les adeptes de Serigne Babacar SY d'organiser le Gamou-Mission qu'il avait lui-même ordonné, dans un cadre digne de la stature de l'Illustre Maître, cette volonté-là est aujourd'hui une réalité. Le Gamou est désormais transféré à la Grande Mosquée IHSAANE dédiée à Khalifa Ababacar SY bâtie au coeur même du quartier SUD entre la rue Maître Babacar SEYE et la rue Blaise DUMONT et bordant sur sa façade principale la rue Chassaniol. La commémoration du Maouloud a marqué, dans le même temps, la première phase de l'inauguration de la Mosquée Ihsaane Khalifa Ababacar SY son Vénéré Parrain. La seconde phase eut lieu le 30 juin 2000 à l'occasion de la première prière de vendredi qui y est tenue.

Le Maouloud Nabi est un jour béni à l'occasion duquel le Seigneur répand généreusement Sa miséricorde sur les croyants, distribue gracieusement Ses récompenses sur eux et exauce leurs prières, bref un jour qui répond parfaitement à toutes les attentes d'un croyant. C'est la raison pour laquelle les talibés (disciples) ont coutume en cette occasion de demander à Serigne El Hadj Madior CISSE de formuler les ferventes prières à l'endroit du Sénégal, de tous les Sénégalais, du Président de la République et de son gouvernement, des autorités religieuses et coutumières, pour l'unité de la famille de Seydi El Hadj Malick SY et à l'endroit de ses regrettés khalifes dans l'ordre de leur rappel à Dieu : Khalifa Ababacar, Seydi El Hadj Mouhammadoul Mansour, El Hadj Mouhammadoul Habib et Et El Hadj Abdoul Aziz SY DABBAKH (Qu'Allah les agrée).

Fidèle à la tradition, Serigne El Hadj Madior CISSE prononce une causerie sur un thème de la charia. C'est le moment tant attendu par l'assistance et qui donne à cette rencontre toute sa signification. Ses causeries toujours inédites sont une source extraordinaire d'enseignements et de sagesse destinées à raffermir la foi et la piété du croyant dans le respect du Coran et de la Sounna. D'ailleurs, certaines des causeries passées sur la laïcité et le statut de la femme ont fait l'objet d'un ouvrage « Musulmans, Pouvoir et Société d'après les dits et les écrits de Serigne El Hadj Madior CISSE » traduit de l'arabe et du wolof par le Professeur Abdoullah CISSE, Agrégé des facultés de droit , paru en 1998 à Paris chez l'Harmattan.

Extraits traduits des enseignements en arabe et en wolof, sur l'islam et la tariqa tidjaniya, du guide spirituel Serigne El Hadj Madior CISSE, responsable de la dahira Moutahabina Fillahi et disciple de Khalifa Ababacar SY (RTA).