dahira mouttahabbiina fillaahi
  دائرة المتحابّين في الله
Dahira Moutahabbiina Fillaahi - Communauté de ceux qui s'aiment en Allah
Vous êtes ici : Accueil > Documentation > Le ramadan > Faits recommandables, répréhensibles et licites durant le jeûne

Les faits recommandables durant le jeûne

De la Sounna du Prophète (PSL), on relève plusieurs actes recommandés durant le jeûne :

  1. Le fait de retarder le dernier repas nocturne (le repas du début du jeûne appelé kheudde ou sahour) : selon le Prophète (PSL), la prise du dernier repas nocturne marque la différence entre le jeûne musulman et le jeûne des gens du Livre (juifs, chrétiens). Il a également dit : « Prenez le dernier repas nocturne car il est source de baraka » en ce qu'il fortifie et stimule le jeûneur ; « ma communauté sera toujours dans le bien tant qu'elle retardera le moment du repas du début du jeûne ». Ce moment se situe du dernier tiers de la nuit et se prolonge jusqu'à quelques minutes avant la prière de fadjar (la durée de récitation de 50 versets coraniques par exemple 16 fois la sourate Likhlasse environ).

  2. La promptitude dans la rupture du jeûne c'est-à-dire rompre le jeûne immédiatement à l'heure de la rupture (gaaw dog) c'est-à-dire dès le coucher du soleil. Le Prophète (PSL) n'accomplissait jamais la prière du maghrib (timiss) sans rompre son jeûne même au moyen d'une datte ou d'une gorgée d'eau. Il (PSL) a dit : « ma communauté sera toujours dans le bien tant qu'elle pratiquera la promptitude de la rupture du jeûne ».

  3. Formuler des invocations à la rupture du jeûne :

    Selon le Messager d'Allah, la prière formulée par le croyant qui jeûne est une prière exaucée. Aussi recommandait-il de formuler cette prière à l'occasion de la rupture du jeûne :
    أللَّهُمَّ لَكَ صُمْنَا وَ عَلَى رِزْقِكَ أفْطَرْنَا فَتَقَبَّلْ مِنَّا إنَّكَ أنْتَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ « Allahoumma laka soumnâ wa 'alâ rizqika aftarnâ fataqabbal minnâ innaka anta sami'oul 'alîmou - Seigneur ! C'est pour Toi que je jeûne et c'est par Ta Grâce que je romps mon jeûne ; alors exauce-le moi. Tu es l'Audient et l'Omniscient ».

  4. Rompre le jeûne avec des dattes fraîches, à défaut des dattes sèches ou à défaut avec de l'eau.

  5. Veiller à ce que l'aliment consommé pour la rupture du jeûne soit en chiffres impairs (1, 3, 5 ou 7 dattes ou gorgées d'eau).

  6. Accomplir les prières de nafila durant les nuits de Ramadan en récitant avec piété et à voix haute le Coran. Le Prophète (PSL) a dit : « Allah vous a prescrit le jeûne et moi j'ai fait de la prière les nuits de Ramadan une sounna. Quiconque jeûnera et priera les nuits rien que pour l'amour de Dieu, il sera purgé de ses péchés comme s'il venait de naître ».

Les faits répréhensibles durant le jeûne

Les faits suivants sont jugés répréhensibles durant le jeûne mais n'entrainent pas la nullité du jeûne sauf lorsqu'ils dépassent un certain seuil :

  1. le fait de raccorder les jours de jeûne sans manger à la rupture du jeûne ni au début du jeûne (wiçaal). Le Prophète (PSL) a insisté sur le caractère répréhensible de cette pratique et certains de ses compagnons l'ont interpellé sur le fait de raccorder le jeûne. Il leur répondit ainsi : « au sujet de cette affaire, nous ne sommes pas pareils : je passe la nuit alors que Mon Seigneur me donne à boire et à manger. Supportez ce qui est en votre pouvoir ! ».

  2. Le fait pour les hommes de fréquenter les femmes ou de jeter sur elles un regard intéressé (et vice-versa pour les femmes) et le fait d'entretenir des discussions futiles.

  3. Le fait de se livrer à ce qui précède le coït (baisers, pensées sensuelles, regards lubriques) si l'on sait que l'on est à l'abri d'écoulements spermatiques ou prostatiques ou toute autre sécrétion des organes génitaux. Mais en cas de doute oude certitude sur la possibilité de survenance de ces conséquences, ces faits deviennent prohibés.

  4. Le fait de se parfumer.

  5. Le fait de mettre à la bouche un aliment sans le manger à proprement parler.

  6. Le fait de passer la journée de jeûne à dormir.

  7. Le fait de goûter le sel, le sucre, le miel ou le vinaigre pour les rejeter ensuite.

  8. Le fait de mâcher du chewing-gum ou de la nourriture destinée à l'alimentation d'un nourrisson.

  9. Le fait de s'appliquer un remède à la racine des dents durant la journée du jeûne sauf en cas de nécessité.

  10. Le fait de poser des ventouses ou d'effectuer une prise de sang : ces actes sont permis lorsqu'il est certain qu'ils sont sans incidence sur la capacité du jeûneur ; sinon ils sont interdits et en cas de doute, ils sont jugés répréhensibles.

Les faits licites durant le jeûne

Le jeûneur peut licitement :

  1. User de cure-dents toute la journée ;

  2. Se rincer la bouche s'il a très soif ;

  3. Se trouver à l'aube en état d'impureté majeure (djanâba) mais il est préférable de s'être purifié avant l'aube ;

  4. De rompre le jeûne en raison d'une maladie dont on craint son aggravation ou sa prolongation à cause du jeûne. Toutefois, il est obligatoire de le rompre si on craint de périr ou de subir un très grave dommage comme par exemple pour la femme enceinte ou la nourrice.

Extraits traduits des enseignements en arabe et en wolof, sur l'islam et la tariqa tidjaniya, du guide spirituel Serigne El Hadj Madior CISSE, responsable de la dahira Moutahabina Fillahi et disciple de Khalifa Ababacar SY (RTA).